Contraception d'urgence

"Mon partenaire et moi avons eu des relations sexuelles la nuit dernière et nous avons employé un préservatif," dit le message envoyé au site Web de l'AVSC. "Ce n'est qu'après que nous avons constaté que le préservatif avait un trou. C'est actuellement la période dangereuse pour moi et j'ai peur d'être enceinte. S'il vous plaît, dites-moi ce qu'il faut faire."

Une méthode échoue ; un couple oublie d'employer un contraceptif ; une femme, l'une des centaines de milliers de femmes violées chaque année, est davantage traumatisée par la peur d'être enceinte à la suite de l'attaque.

Pour toutes ces personnes, les contraceptifs oraux d'urgence, également appelées "pilules du lendemain matin", peuvent offrir une solution.

Ces pilules, qui sont utilisées pour prévenir une grossesse involontaire après des rapports sexuels sans préservatif, ont connu un emploi très limité dans le monde depuis leur introduction comme contraceptifs d'urgence dans les années 1970. Toutefois, la Fédération américaine des aliments et drogues (FDA, Food and Drug Administration) a dans une déclaration récente promis de faire en sorte que les femmes aux Etats-Unis aient plus facilement accès à la contraception d'urgence.

Six régimes posologiques approuvés

Le 25 février 1997, la FDA a officiellement annoncé que six marques de contraceptifs oraux combinés, pris selon des doses précises, peuvent être employés efficacement et sans risque pour la contraception d'urgence. En prenant des doses plus importantes des pilules dans les 72 heures qui suivent des rapports sexuels sans préservatif, une femme peut diminuer son risque de devenir enceinte d'au moins 75 %.

A la suite de la résolution de la FDA, les laboratoires pharmaceutiques peuvent maintenant demander à inclure l'emploi des pilules pour la contraception d'urgence dans l'étiquetage des médicaments.

Accès élargi à l'information

Le fait de changer l'étiquetage des médicaments pourrait avoir un profond effet sur l'accès des femmes à la méthode. Bien que les médecins puissent prescrire les médicaments pour un emploi signalé sur l'étiquette et expliquer cet emploi à une cliente particulière, il leur est interdit de donner des informations signalées sur l'étiquette dans d'autres circonstances, notamment pendant la formation d'autres prestataires ou sous forme de documents.

L'année prochaine, la commercialisation d'un contraceptif oral destiné exclusivement à la contraception d'urgence est prévue aux Etats-Unis. On ne peut attribuer cette situation qu'à l'action de la FDA.

"Cette décision de la FDA contribuera à rendre la contraception d'urgence beaucoup plus accessible", déclare le Docteur James Trussel, un éminent spécialiste de la contraception d'urgence à Princeton University.

Efforts mondiaux visibles

Avec la déclaration de la FDA, les Etats-Unis se joignent au gros effort mondial visant à faire de la contraception d'urgence une option pour les femmes. Ces dernières années, des campagnes sont en cours dans de nombreux pays afin d'éduquer les prestataires et le public sur la méthode.

L'AVSC et d'autres organismes qui reçoivent une aide des Etats-Unis pour assister les activités de planification familiale à l'étranger contribuent également à ces efforts mondiaux. Tout le personnel médical de l'AVSC a reçu des renseignements sur la contraception d'urgence et l'AVSC incorporera la méthode dans tous ses documents futurs ainsi que dans toutes ses formations de prestataires, si nécessaire.

La perspective médicale

Le débat concernant l'avortement a contribué à limiter l'accès à la contraception d'urgence aux Etats-Unis, puisque certaines personnes soutiennent que la méthode agit en mettant fin à la grossesse.

Il n'y a cependant pas de désaccord parmi les experts en médecine : la contraception d'urgence ne déclenche pas l'avortement. Comme l'explique le Consortium for Emergency Contraception, un groupement d'organismes internationaux, "Les sciences médicales considèrent qu'une grossesse a commencé quand l'implantation de l'oeuf fécondé dans la muqueuse utérine est terminée…Les contraceptifs d'urgence sont inefficaces une fois que l'implantation a commencé ; ils ne peuvent pas provoquer un avortement si la femme est déjà enceinte."


Nice People utilise des cookies pour un meilleur confort d'utilisation. En utilisant nos services, vous acceptez l'utilisation des cookies sur ce site. Plus d'infos sur les cookies