Surmonter un chagrin d’amour

Surmonter un chagrin d’amour

Un chagrin d’amour laisse derrière soi une sentiment d’abandon dont il est difficile de se défaire. Sur l’instant, on ne peut envisager les avantages non négligeables que peut apporter la séparation. Dès les commencements, l’absence de l’autre est vécue comme une perte et un échec. C’est dans la souffrance et la tristesse que la séparation se déroule, et ces sentiments vécus sont loin d’être une simple faiblesse.

Pendant une période plus ou moins courte, la séparation occupe toutes les pensées de la personne délaissée. Le choc de l’annonce provoque un état de déni, car elle signifie le bouleversement de soi-même. L’ego qui en prend un coup, le sentiment de ne pas être digne d’être aimé obsède la personne. L’image de soi est déformée, altérée et provoque un manque de confiance envers soi-même et autrui. La culpabilité submerge la personne sans qu’elle soit à l’initiative de la rupture. Ne restent plus que l’angoisse face à un avenir à envisager seul(e) et face à une organisation de vie bouleversée. Ce sentiment d’abandon est différemment géré en fonction de chacun: apathie, colère, au reproche, remord, dégoût de l’autre…La personne délaissée traverse plusieurs états avant de parvenir à l’acceptation.

Le travail consiste à pouvoir envisager un futur sans l’être aimé et réussir le deuil de la séparation pour retrouver son chemin de vie. Au moment de l’acceptation, la personne délaissée accepte la perte et reconnait sa souffrance. Elle peut envisager de compenser sa peur de vide en se reconstruisant, en redéfinissant ses priorités et ses choix de vie. Elle est capable de conserver les bons moments de son ancienne liaison comme les mauvais, sans ressentir de sentiment de souffrance. Mais surtout, elle reconnaît qu’elle a pu avoir sa part de responsabilité dans l’issue de cet échec relationnel, qu’elle n’est peut-être pas la gentille et l’autre le méchant.

Les engagements pris l’un envers l’autre ont-ils été respectés? Il est essentiel de faire ce travail d’introspection et de revenir sur cette histoire pourtant achevée. Reconnaître les failles de cette relation est le moyen d’éviter les mêmes erreurs lors d’une relation future. Alors, un avenir serein est  envisageable, il semble moins sombre.

L’étape de la reconstruction permet de s’orienter vers l’avenir mais aussi vers les autres. Il faut donc vivre avec ce manque de l’être aimé, qui prendra moins d’ampleur au fil du temps. Le vide longtemps ressenti peut être comblé par toutes les possibilités de vivre d’autres choses plus enrichissantes que cette relation qui a échoué.

A force de trop vivre à deux, certains perdent leur propre identité et leurs désirs. Il est temps, le travail de deuil accompli, de les redéfinir pour redevenir entièrement soi. Cela passe par l’extériorisation, en renouant avec des amis et des proches jusqu’à réaliser que leur présence peut être bénéfique. Le célibat est aussi le moyen de découvrir des ressources personnelles, des goûts et des envies qui ne demandent qu’à s’épanouir.

La confiance en soi devient plus forte et occulte alors les sentiments de culpabilité et de dépendance qui s’imposaient autrefois. Il est possible de prendre du plaisir, de ressentir la joie, de partager des moments de complicité avec d’autres. Ces bonheurs simples n’étaient pas exclusifs au couple maintenant séparé. La solitude possède son lot d’avantages, suscite un sentiment d’indépendance retrouvé. Elle permet d’envisager la possibilité d’une autre histoire d’amour.