Etre fidèle pour durer ?

Etre fidèle pour durer ?

La fidélité est-elle un gage de la longévité d’un couple ? Bon nombre d’entre nous en sont convaincus. Pourtant, Maryse Vaillant, psychoclinicienne, estime qu’un couple qui a pu tenir bon face aux turbulences de la vie (l’infidélité en fait partie) préservera plus longtemps sa relation amoureuse.

Pratiques dépassées ?
Les mœurs ont évolué avec la structure de la société. La femme au foyer est devenue presque chose rare. Femmes et hommes se côtoient du matin au soir, loin de leur foyer respectif et deviennent unis instinctivement par cet éloignement imposé par les besoins de la profession. Si bien que les tentations se créent naturellement, encore plus favorisées par les sites de rencontres pour des gens mariés. Être infidèle ne constitue plus un pêcher social et s’insinue désormais dans la vie normale d’un couple. La fidélité est elle en passe de basculer dans les pratiques dépassées ? À l’issue d’une enquête menée par CSA-Madame Figaro, en 2009, 1/3 des Français la considère encore comme une « valeur indispensable ». La fidélité reste encore le fondement d’une relation amoureuse. Maryse Vaillant n’adhère pas à cette thèse et pense plutôt que si un couple a pu rester ensemble des dizaines d’années c’est que les partenaires ont su surmonter toutes les difficultés qui jalonnaient leur parcours amoureux. Pour elle, c’est le critère essentiel de la force d’un couple.

Résister ou céder à la tentation ?
Après quelques années vécues en couple, notre sens se met en quête d’autres sensations. Et là, nous nous mettons à lorgner autour de nous à la recherche d’une nouvelle proie, un homme, une femme. C’est un comportement tout à fait naturel qui ne peut être refoulé. Combien d’entre nous ne se sont pas déjà pris en train de rêver à d’autres corps, à d’autres étreintes ? Qui ne s’est pas encore demandé avec inquiétude que si le partenaire cherche ailleurs c’est que son cœur a décidé de changer de port d’attache ? Maryse Vaillant conseille de différencier l’amour du désir. Autrement dit, ce n’est pas parce que le partenaire cherche une satisfaction physique dans un autre lit c’est que son amour pour vous n’existe plus. Pour elle, il ne s’agit surtout pas de mélanger intention et acte. Quoi qu’il en soit, faut-il céder ou résister fièrement à l’infidélité ?

En fait, il existe deux manières de signifier sa résistance à la tentation d’infidélité : y mettre une croix dessus ou partir dans un voyage mental érotique. Dans le premier cas, il y a un risque de frustration pouvant provoquer une froideur vis-à-vis de tout le monde y compris la personne qui dort avec vous. Dans le second cas, c’est une petite escapade personnelle que vous vous accordez. Vous donnez libre cours à votre imagination et vous partez à la découverte de sensations plus subtiles, mais dans… l’esprit. C’est en même temps un respect de soi-même et de l’engagement pris envers l’autre. Et qui ne dit pas que cela pourrait raviver certains élans sexuels en déclin chez le couple ?

Une éternelle reconquête ?
Mais en fait, comment peut-on définir l’infidélité ? Chacun apporte sa réponse. Pour les uns, un simple écart de pensée est déjà une infidélité. Pour les autres, il faut qu’il ait acte ne serait-ce qu’une passade d’un soir. Et pour une autre frange, il faut vraiment qu’il y ait une base de sentiment dedans. Toujours est-il que les causes sont très diverses, mais se rejoignent autour d’un seul mot : l’insatisfaction. Qu’il s’agisse de s’assurer qu’on n’a pas encore (bien) vieilli ou d’un manque quelconque très ressenti au niveau de la vie sexuelle et affective du couple. Aussi, chacun doit-il contribuer à entretenir la flamme de l’amour à travers des attentions particulières ou des dialogues fructueux. Une vie amoureuse réussie est une éternelle reconquête.

Selon toujours Maryse Vaillant, vous ne pouvez pas prendre des mesures pour éviter l’infidélité. En revanche, il est bien possible de la provoquer. Comment ? En exagérant sur la jalousie et sur les soupçons infondés. On la qualifie souvent d’accidentelle, car l’infidélité fait suite, en général à une crise au sein de son cadre de vie habituelle. Pourtant, pour certaines personnes c’est inné en eux ou c’est vraiment un besoin, une impulsion à satisfaire absolument pour garantir leur confort de vie. Après, si certains n’hésitent pas à recommencer, d’autres regrettent jusqu’à se culpabiliser.

Chercher à qui la faute ?
Lorsque l’acte est découvert, le couple n’a que deux alternatives : rompre ou continuer en se promettant des efforts pour cicatriser les plaies. L’infidélité caracole en tête de la liste des motifs de séparation conjugale en France. Après la tempête, il est encore tout à fait possible de reconstruire. Seulement, il faut avoir la force d’en parler, l’humilité d’admettre ses erreurs et surtout la volonté de tout rebâtir. Ce ne sera plus peut-être comme avant, certes, mais le ciment de l’amour peut faire des miracles. À condition de le vouloir. Le propre de l’infidélité n’est pas de mettre les voiles, mais justement c’est de ne pas partir ou de revenir. Elle permet dans certains cas d’éclaircir des points sombres de la relation amoureuse et de découvrir des vérités qui ne paraissaient pas évidentes avant. L’essentiel sera de se poser les bonnes questions et rester soucieux du bien-être de l’autre. Qu’est-ce qui a provoqué la blessure ? Mon désir pour l’autre est-il resté intact ?

Une loi naturelle ?
Toutefois, chaque être possède sa propre philosophie de l’infidélité. Il n’est pas étonnant alors que pour certains, elle fait partie de leur quotidien et ne s’en offusque pour le moins du monde. Pour cette catégorie, une femme peut ignorer les frasques de son mari puisqu’elle reste la mère de ses enfants et la principale bénéficiaire de ses dépenses. À ce titre, Maryse Vaillant affirme même que la monogamie n’est pas une loi naturelle, mais plutôt instaurée par les cultures des hommes. Aimer simultanément plusieurs personnes n’est pas un pêché, mais il appartient à chaque couple de définir ses valeurs et les frontières de leur liberté mutuelle.

Bref, l’infidélité peut avoir même un très bon côté, car si elle ne tue pas, elle peut aussi rendre plus fort. Elle peut être assez déterminante dans le choix de celui ou celle avec qui on veut partager définitivement les chemins de sa vie.