Les croyances …

Les croyances …

Avez-vous déjà réfléchi au fait que, tout au long de notre existence, nous sommes conditionnés par l’éducation que nous avons reçue, nos fréquentations, nos amis et collègues de travail, tout ce que nous avons entendu, vu, vécu … Parfois ça ressemble à un vrai bourrage de crâne.

Je me souviens de ma maman qui, à mes 15 ans (pour mon premier bal), me disait : « ne te maquille pas autant, on va te prendre pour une prostituée » (alors qu’à l’époque, j’étais toujours vierge et bien loin de connaitre les vices et délices du plaisir de la chair !).

Et c’est ainsi qu’aujourd’hui, quand je dois me rendre à un rendez-vous, que ce soit un rendez-vous privé ou professionnel, je prépare mes vêtements la veille et je me regarde sous toutes les coutures : « Est ce judicieux de porter cette jupe, ne serait-ce pas mieux ce pantalon ? » et si je mets un décolleté : « Est-ce que je vais rester crédible et donner une image de sérieux ? Quand je vais me pencher, mon décolleté ne va-t-il pas être trop profond ? ».
Alors qu’il serait quand même beaucoup plus simple de s’habiller pour soi mais on a toujours peur de faire mauvaise impression, peur du regard de l’autre et puis on sait que de prime abord, nous sommes jugés sur le paraitre.

Chacun a ses propres croyances puisque tout le monde est unique et a son propre parcours de vie, cependant il y a des croyances qui perdurent et qui rendent la vie dure …

Au sujet des relations hommes – femmes sous nos cieux (et yeux), les croyances vont bon train et faussent totalement la donne.
Parmi les exemples les plus fréquents :

- Une fille qui couche le premier soir, est-ce une fille de mauvaise vie ? elle n’est pas spécialement plus de mauvaise vie qu’une autre mais aux yeux de la majorité, elle passera pour une pute.

- Celui qui n’est pas jaloux ne t’aime pas. Et c’est ainsi que beaucoup d’entre nous acceptent d’être soumis ou de passer sous silence, les crises de jalousies du conjoint. Ca rassure de se sentir aimé sauf que l’amour ne doit pas s’évaluer au nombre de scènes de jalousies à endurer.

- Vive l’égalité des sexes : oui d’un point de vue social mais non d’un côté relationnel.
Même si aujourd’hui beaucoup d’hommes s’occupent plus qu’avant de leurs enfants et participent de plus en plus aux tâches ménagères, laissons aux hommes leur rôle d’hommes et acceptons et surtout essayons de comprendre les différences qui existent entre les hommes et les femmes.

- La fidélité : « si il ou elle t’a été infidèle, c’est parce qu’il ne t’aime plus ». Pas dans tous les cas.

Quelques chiffres :
15 à 25% des femmes et 20 à 30% des hommes vivent au moins une relation extra conjugale au cours de leur vie.
44 % des couples éclatent après que le partenaire a avoué son infidélité.
68 % des couples se séparent si l’un des partenaires apprend l’infidélité de l’autre grâce à l’intervention d’une tierce personne.
86 % des couples explosent si l’infidélité est bien réelle et si celle-ci s’apprend alors que le partenaire l’a toujours farouchement niée.

Je ne vais pas aborder les causes probables de l’infidélité mais juste faire un petit point d’histoire sur la fidélité. Ce qui suit est tiré d’une de mes lectures d’un ouvrage du psychologue Yvon Dallaire.

« La notion de couple est apparue il y a 10.000 ans. Avant cette époque, l’homme était polygame comme dans 92% des espèces animales ! Quand l’homme a compris le rapport entre la sexualité et la grossesse, c’est alors qu’il a pensé à la fidélité pour préserver son patrimoine. A la Renaissance, la fidélité fut exigée pour des questions religieuses mais aussi pour éviter la propagation des maladies vénériennes. Ensuite vint l’amour chevaleresque et le romantisme. Le mariage fut institué au XVe siècle et dans notre société actuelle, ça ne fait à peine que deux siècles que nous nous marions par amour … ».

- Amour et divorce : « l’amour est aveugle mais le mariage rend la vue ! ».
Aujourd’hui on ne se marie plus, on vit en ménage. Voir les chiffres ci-dessous de l’INS (Institut National de Statistiques)
En 2002, 40.434 mariages ont été célébrés dans le pays (en Belgique) mais 30.628 divorces ont été prononcés. Le nombre de mariages continue donc à baisser (-4% par rapport aux 42.110 mariages de 2001) tandis que le nombre de divorces progresse et même davantage (+4,5% par rapport aux 29.314 divorces de 2001).

Cruel constat : le rapport entre divorces et mariages est aujourd’hui de 3 pour 4 alors que, pour la période 1998-2000, il s’élevait encore à 3 pour 5.
Et chez nos voisins, les statistiques sont tout aussi pessimistes.
67% des gens mariés sont amenés à divorcer. La moitié des divorces se passent après la 5ème année de mariage.
Seul 15 à 20% des couples semblent avoir échappé au pire et vivre le bonheur en couple.

- « Quand le couple va mal, c’est bien de prendre du recul et de faire une pause ». Hélas quand la séparation est consommée, il n’y aura qu’un quart des couples qui décideront de se redonner une chance.

- « Le bonheur en couple, c’est vivre en harmonie et ne jamais se disputer ». Ne nous leurrons pas, il est impossible de vivre ensemble sans jamais se disputer ou alors ça voudrait dire qu’un des partenaires est soumis à l’autre (et lorsqu’on vit dans une relation dominant-dominé, nous ne pouvons pas parler d’harmonie au sein du couple). Les disputes sont nécessaires à la survie du couple cependant il faut garder en tête qu’à partir du moment où nous regrettons avoir été trop loin en paroles ou en gestes … le mal est fait. Les disputes sont positives si elles permettent de trouver des solutions, pas si chacun campe sur ses propres positions ou s’il y a escalade d’agressions physiques et verbales.

Les croyances font partie de notre vie de tous les jours, elles nous influencent, dictent nos conduites mais dans quelle mesure certaines de nos croyances sont-elles réellement justifiées ? Et vous, quelles sont vos croyances ?


4 commentaires

  • Judicieuse analyse, une fois de plus.
    En ce qui me concerne, j’ai considéré comme trahison que toutes nos décisions prises d’un commun accord soient réfutées par mon ex-épouse. Je sais maintenant qu’elle avait ses raisons, mais à cette époque, je ne pouvais les comprendre. L’amour s’était effondré et les ruines étaient la conséquense de sa trahison.
    La vie, quoi… mon imbécilité de cette époque.
    Je l’ai revue depuis, et entendu sa version des faits avec le recul. Plus de haine. L’estime prend place, mais l’amour reste en ruines.

  • superbe comme d’habitudes,bien sur que nous avons tous des croyances normal nous avons tous été elevé d’une façon ou d’une autre
    Pour moi la fidélité devient difficile a être respecter pour avoir ete comme meme onze années cocufier,en ayant ete la maitresse d’un homme,comment puis je croire encore qu’un homme puisse être fidèle franchement je me le demande???????????
    Le divorce est trop facile a l’heure actuel alors pourquoi faire un effort pour que le couple fonctionne puisque l’on divorce si facilement
    et oui une femme qui fait l’amour le premier jours a directement sa reputation qui est faite, est ce juste je ne crois pas
    et oui on dit que l’habit ne fait pas le moine mais combien ne juge pas une femme sur la façon dont elle s’habille
    voilà ma petite explication

  • très bonne analyse moi aussi je suis en phase divorce pourtant au début de notre séparation il n’ a jamais eu de cris mais une indifférence ma femme pouvait rester des journées entières sans me parler et je pense que c’est ce manque de dialogue qui a tué notre amour
    je ne sais pas pourquoi on se quitte d’ailleurs la seule chose qu’elle m’a dite ‘je veux ma liberté’

  • Bonsoir Alain,
    Refuser la communication et farouchement se taire, est aussi une façon de se disputer. C’est juste l’inverse d’imposer le silence à l’autre mais le résultat est le même car au final, on ne communique plus. Par contre dans certains cas, exiger de communiquer pour chercher les failles du couple et désigner celui qui a tort ou celui qui a raison, n’est pas non plus, la meilleure façon de communiquer.
    Je cherche des pistes de réflexions à ce sujet pour essayer de rédiger un article qui tiendrait la route mais je ne tiens pas encore la recette, sinon vous comprendrez bien que je l’aurais déjà partagée avec toutes et tous (et monnayée ;-))))

Les commentaires sont fermés.