Les vacances : lune de miel ou lune de fiel ?

Les vacances : lune de miel ou lune de fiel ?

C’est l’été, vous avez travaillé dur toute l’année et des vacances, vous en rêvez.

A vous la plage, le soleil, les palmiers et cocotiers, le sable, les cocktails sirotés sur votre transat … Oui celui qui se trouve sur le ponton là-bas, avec la mer qui s’agite autour; vous entendez le bruit des vagues ? Et bien moi, j’entends celui de mon ventilateur ! il fait 30 degrés dans la veranda et je suis à la maison, une jambe posée sur une chaise (petit accident de parcours) et qui m’obligera à rester à l’ombre jusqu’à l’automne …

Je me prends donc à ressasser mes souvenirs de vacances … les vacances en solitaire, les premières vacances en amoureux, les vacances avec le bon copain ou une amie, les vacances entre amis …  Avec le recul, je vous informe que mes vacances ne furent pas de tout repos et même si le soleil fut souvent au rendez-vous, j’ai essuyé pas mal de tempêtes car collés 24h/24 dans une chambre ou un petit appart, il faut gérer et prendre sur soi.

Quand nous cohabitons pour la première fois, même si ce n’est que pour le temps des vacances, je constate que ce n’est pas une chose aisée. D’accord, pour vous tout est simple, vous n’êtes pas difficile, tant mieux. Mais ne pensez-vous pas que vous avez peut-être préféré vous écraser ? plutôt que de donner votre avis ou de faire valoir vos envies et idées ?

Pour éviter au maximum les conflits, une mise au clair, avant les vacances, s’impose. Quel genre de vacances souhaitez-vous ? quelle formule ? êtes-vous farniente ou super actif(ve) ? Couche tard ou dodo avec les poules ? Lève tôt ou grasse mat ?

Si vous ne fonctionnez pas au même rythme ou selon les mêmes envies, il est clair qu’il va falloir soit vous adapter, faire des concessions ou simplement chacun fera ce qu’il lui plait et vous choisirez de vous retrouver par exemple pour prendre ensemble les repas.

Les vacances coûtent cher, elles permettent de faire un break et de se ressourcer. Gâchez vos vacances et je suis sûre que dans 20 ans, vous en reparlerez encore !

Justement, je me rappelle de mes premières vacances en solitaire. Franchement, même si je suis de nature sociable, ce n’est pas la formule que je réitérerais.

J’ai dû constamment aller vers les autres, vu qu’eux étaient accompagnés et ça demande un optimisme débordant et beaucoup d’énergie. De plus, j’aurais aimé partager mon ressenti avec un ou l’autre proche et là en étant seule, je n’ai pas pu vraiment me construire de souvenirs puisque je n’ai pas lié suffisamment connaissance avec les personnes rencontrées que pour les revoir après les vacances.

Mes premières vacances en amoureux furent bonnes. Il faut dire que nous nous connaissions très bien et même si nous ne vivions pas ensemble, nous avions à l’avance préparé nos vacances et donc elles se passèrent sans encombre (sauf le car qui devait nous ramener à l’aéroport qui nous a oubliés et également une mésaventure avec un chauffeur de taxi qui était près à nous larguer aux portes du désert – je vous passe les détails mais quand je me suis transformée en furie, je peux vous assurer qu’il a vite retrouvé la direction de notre hôtel).

Les vacances avec le ou les bons copains … j’en garde un souvenir très mitigé … Etait-ce le soleil qui avait échaudé nos esprits mais je me souviens que j’aurais bien fait de mon grand copain, mon petit ami; quant à mon second ami, il s’était mis en tête de me conquérir, je l’ai donc assez sèchement envoyé à la gare (il a passé toutes ses vacances à l’ombre et a demandé pour changer de chambre). Je suis restée avec le grand copain sur lequel j’avais flashé et il m’a bien gentiment expliqué que ce n’était pas réciproque et que nous nous en tiendrons à de la pure amitié (j’ai donc demandé aussi une chambre seule à l’hôtelier pour éviter tout dérapage et frustration).

Ceci a semé la confusion et un certain froid dans nos relations. Ca a par contre enrichi le directeur de l’hôtel (vive les suppléments pour les chambre single).

Après les vacances, nous avons eu tous trois une saine discussion et l’amitié a pu reprendre.

Quant aux vacances entre amis, je n’ai vécu cette expérience qu’à mes 25 ans. Nous étions 8 : 5 filles et 3 garçons.
L’hôtel était minable, la nourriture exécrable, 2 jours après mon arrivée j’ai fait une chute avec une belle entorse qui m’a clouée sur mon transat le reste des vacances et tout le monde sans exception s’est disputé, à tel point que ma copine hystérique a frappé un de nos amis et lui a cassé le doigt (doigt que le copain a gardé de travers, il s’en souviendra de ces vacances), tandis que lui, sous le coup de la douleur, lui a mis un coup de poing en pleine figure (oeil au beurre noir pour la copine).

Plus personne ne s’est adressé la parole le reste des vacances. Ma copine refusait de sortir de la chambre avec son cocard, elle venait juste me déposer à la piscine et me rechercher pour aller manger (elle me regardait manger car elle faisait perpétuellement régime et n’avait rien trouvé de mieux que de prendre des compléments alimentaires en poudre et de les planquer dans l’armoire à linge, ce qui nous a valu une invasion de fourmis plein nos fringues).

Je suis partie aussi en vacances avec une bonne amie. 15 jours avant nos vacances, elle avait trouvé l’homme de sa vie. D’ailleurs bien plus tard elle l’épousa et ils eurent beaucoup d’enfants. Elle m’a fait passer des vacances d’enfer car elle pleurait tous les jours en pensant à lui, elle a refusé de sortir, n’avait pas du tout le coeur à l’amusement et n’arrêtait pas de répéter qu’elle voulait retourner.

Je lui aurais bien mis mon pied au cul (désolée de l’expression) et la remballer dans le premier avion. D’ailleurs sans hésiter, elle l’aurait pris, elle s’était renseignée mais il n’y avait plus aucune place de disponible.
A notre retour, elle a pris ses distances (elle était de nature très jalouse et possessive) et je ne fus pas invitée à son mariage.

Que mes souvenirs de vacances ne ternissent pas les vôtres. Je vous souhaite à toutes et tous un flamboyant été.