Les hommes sont comme les voitures

Les hommes sont comme les voitures

Les hommes sont comme les voitures …
J’ai choisi délibérément de parler « voitures » car en principe tous les hommes s’y connaissent en « voitures » (à défaut de parfois bien comprendre les femmes).

Et même si les femmes ne sont pas des pros de la mécanique, les femmes, elles aussi, s’y connaissent en « voitures » car à défaut de parfois les conduire, elles grimpent tout de même dedans.

D’un point de vue pratique, les hommes sont attachés à la ligne, la carrosserie et ce que la voiture a dans le moteur.

Et dans leurs choix amoureux, les hommes fonctionnent plus ou moins de la même manière.

Leçon numéro 1 : il est totalement idiot de croire quelqu’un qui vous dira qu’il ne regarde pas le physique mais rien que la beauté intérieure.

Les femmes par contre s’attardent plus à l’aspect pratique et à la sécurité. Elles souhaitent un modèle qui ne prend pas trop d’espace, facile à manier, avec un grand coffre pour ranger les courses, le chien, la poussette et les jouets des enfants, les valises quand on part en vacances et surtout un engin pas trop compliqué à conduire et qui ne va surtout pas occasionner trop de coûts en carburant, taxe et assurances. Et oui les femmes sont certes attachées au look (notamment la couleur du véhicule) mais elles seront sensibles au côté fonctionnel de l’engin.

Leçon numéro 2 : c’est ridicule de penser que les femmes ne regardent que le physique et/ou le portefeuille.

Les femmes cherchent la sécurité (paix, sérénité, épanouissement), un peu de passion mêlée d’une forte dose de sentiments, le tout livré dans un écrin romantique et tout ça avec de l’humour (rires, légèreté, complicité). La confiance doit régner (estime, empathie, fidélité, respect, valorisation) …

Leçon numéro 3 : à la lecture de la leçon numéro 2, on pourrait être amenés à penser que les femmes ont bien des attentes. Est-ce pour cela que les femmes doivent être qualifiées d’exigeantes ?

Leçon numéro 4 : oui les femmes sont exigeantes mais il est utile d’être aussi réalistes. Ainsi cet Homme, celui qui viendra combler les attentes évoquées à la leçon numéro 2, celui que certaines qualifieront de « Prince Charmant » … et bien, il n’existe pas.

Il fallait oser le dire, le Prince Charmant n’existe pas et d’ailleurs toutes ces histoires de contes de fées ne datent pas de la nuit des temps mais juste de quelques siècles. L’un des précurseurs fut Charles Perrault (1628-1703), nous lui devons : le petit Chaperon Rouge, la Belle au Bois Dormant, Cendrillon, … et c’est lui, l’homme à lyncher. Autant ses contes auront bercé notre enfance, autant ils nous auront emmêlé les pinceaux à notre adolescence et bien plus tard encore à l’âge adulte.

Alors pédale douce quand on croit que les hommes sont comme les voitures …