Les hommes aiment quel type de femme ?

Les hommes aiment quel type de femme ?

L’ère des gentilles est terminée. Les hommes craquent pour la gentille mais il ne reste pas avec …

La gentille accepte sans (trop) sourciller les crises d’indépendance de son homme:
« Mais non chéri, ça ne me dérange pas que tu vois ta famille tous les dimanches » (sans moi).

C’est normal d’avoir l’esprit de famille.

« Tu peux bien sur aller faire 2 à 4 fois semaine du sport en salle » (ça lui fera le plus grand bien et c’est chouette qu’il ait des distractions aussi saines). Sauf que lui le sport, c’est à la buvette que ça se passe ou quand il chasse le maillot fluo !

« Tu peux bien entendu partir en vacances avec ton pote » (c’est normal, c’était programmé de longue date et il ne peut vraiment pas laisser tomber un ami qui est – fraichement – divorcé … depuis 2 ans). Sauf que le pote, ce serait peut-être bien une copine, voire une très bonne copine.

« Tu peux sortir avec tes copains » (c’est normal d’avoir son propre cercle d’amis)
Hum, il semblerait que ce soit l’excuse bidon quand il va en voir une autre.

Bref à force de trop accepter, l’autre croit qu’au fond, rien ne nous dérange, que nous aimons justement qu’il nous fasse tourner à chèèèèvre ou que nous nous en fichons ! Ce qui n’est absolument pas le cas.

Nous attendons à la maison, comme une gentille, que le monsieur daigne pointer le bout du nez.
Nous jouons les braves et n’osons pas trop poser de questions, de peur de passer pour une emmerdeuse.

Les hommes ne respectent pas le prototype « la gentille« . Mais qu’est-ce qu’ils veulent ?
Ils veulent des diablesses, enfin tout ce qui mordille, suce et sort ses griffes.

C’est prouvé, l’homme respectera la « chieuse » et tournera le dos, sans scrupule, à la « gentille« .

Forte de cette déduction, il est grand temps que je devienne une mi ange – mi diablesse et voici le programme de remise en forme :

1. Tu varieras d’humeur, ça le déboussolera
2. Tu afficheras un agenda de premier ministre, il patientera
3. Tu te créeras une image d’icône, il t’adulera
4. Tu laisseras planer le doute et le mystère, il fabulera
5. Tu cultiveras ta féminité, il t’idolatrera
6. Tu deviendras une assistée; Zorro et Tarzan, il jouera
7. Tu nous feras la comédie de la petite nature, il prendra soin de toi
8. Tu exciteras sa jalousie, il t’en remerciera

Hélas non, impossible de mettre ça en pratique, je manque d’entrainement … Et en plus je suis une irrécupérable « gentille » ;-)


6 commentaires

  • Pour quelle raison fait-on partie des « gentilles » ?
    Parce qu’on a été éduquée selon le sacro saint principe de « pense d’abord aux autres, ne sois jamais au grand jamais égoïste, oublie toi toi même ? »
    Parce qu’on a peur de perdre l’autre ou d’être abandonnée ?
    Parce qu’on n’a pas beaucoup d’intérêt pour sa propre vie au point qu’on vit la vie de l’autre par procuration ?
    Parce qu’on se dit que « ce que je donne, ce que je fais, il le fera, il le donnera en retour ?  »

    Faut il être moins « gentille » ? faut il se changer ? faut il « jouer », voire « manipuler » ?

    Absolument pas … la solution, je crois, est dans l’authenticité, penser à soi (autant, même plus, qu’à l’autre … et non, ce n’est pas égoïste, c’est très sain au contraire, et bénéfique pour tous les deux), et se respecter réellement soi-même.

    Je m’imagine face à une version masculine de la « gentille » … j’aurais beaucoup de mal …

  • Je pense que je fais partie de ces femmes qui sont trop gentilles et en effet je me plains que très rarement, j’essaye tjs dans mon couple de garder l’harmonie sans devoir se disputer, j’évite les discutions et je monopolise souvent le désirs de l’autre…j’aime lui faire plaisir, je suis assez attentionné vis à vis de mon compagnon mais je sais prendre aussi mes distances….en effet j’ai une crainte de perdre l’autre, qu’il m’abondonne, qu’il me quitte et c’est ce qui arrive toujours avec des hommes dont je tombe amoureuse et dont je suis fort attaché…j’ai eu 3 expériences diverses dont mon ex mari…ils m’ont tous quitté pour une autre femme…comment dois-je agir..différemment??..
    Donnez-moi quelques conseils afin de pouvoir garder à jamais l’homme qui me fera à nouveau vibré.

    • Chantal
      j’ai bien pris note de votre témoignage et je vais réfléchir à celui-ci. Cependant, je pense que la réponse est en vous. En effet quand on a confiance en soi et que l’on considère qu’on est une personne « estimable », je pense qu’on n’a plus cette crainte de perdre l’autre et dès lors on n’est pas entrainée contre son gré dans la spirale infernale de devoir faire plaisir à l’autre sous peine de le perdre.
      Je pense donc que la véritable solution serait de gagner en estime de soi. Si vous êtes intéressée, je peux réfléchir à la question.
      A bientôt …

    • « on attire ce que l’on craint » … j’ai longtemps pris cette phrase comme une menace, me poussant à afficher un air sûr de moi en apparence, alors qu’au fond je mourais de peur de perdre l’homme que j’aimais.
      Au fond, cette citation est vraie, mais d’une autre manière.
      Lorsqu’on manque d’estime de soi, on donne trop, on essaie de gommer à tout prix (au prix de ses propres gouts, de ses propres désirs)ce qui pourrait être une cause d’éloignement ou de différenciation. On a tendance à fusionner, à dépendre de l’humeur de l’autre, à exister à travers l’autre.
      Et là, on a tort. On croit aimer, on croit donner, et en fait on n’est qu’une ombre … qu’y a-t-il d’attirant pour un homme chez une femme qui n’a plus de personnalité et qui sacrifie tout pour lui ? …
      Le secret, c’est de partir de soi, de s’aimer soi, de s’apprécier soi même avec notre personnalité, notre physique, notre esprit, notre coeur. Etre doux avec soi, s’autoriser l’imperfection.
      S’aimer soi c’est avoir la certitude que quoiqu’il arrive, on ne se perd jamais soi même, on est là pour soi.
      Et, après, on peut aimer un homme tout en restant centrée, en faisant les choses pour soi, en étant pleinement soi, en accueillant ce qui est donné et partagé.
      De cette manière, quand l’autre est là on vit cet amour sereinement et en équilibre, et on n’a plus aucune peur de le perdre.
      Le fait de poser la question et d’y réfléchir est une étape vers l’estime de soi et le bonheur en soi et à deux :-)

    • reste toi meme, si tu as peur, dis-le, si tu es triste, montre-le, tu es heureuse montre-le, tu veux te faire coller vas coller ton copain, tu n’es pas confortable avec quelque chose qu’il fait ou que tu crois qu’il a fait parle lui en, sois toi-meme avec tes sentiments, par contre ne le harcelle pas et non, ne deviens pas une chieuse(par contre ma definition d’une chieuse est peut-etre differente de la tienne puisque je ne suis pas francais).

Les commentaires sont fermés.