Le « tue-l’amour » du premier rendez-vous

Le « tue-l’amour » du premier rendez-vous

Qu’est-ce que le « tue-l’amour » ?

Le tue-l’amour est le petit truc qui fait que la personne en face de vous, avait certes beaucoup d’atouts pour vous plaire mais que suite à un événement (parfois totalement indépendant de sa volonté), cette personne perd à vos yeux tout charme ou toute estime…

Un exemple s’impose et vous allez de suite comprendre : Je me souviens avoir rencontré un monsieur très classe mais avec la crotte qui lui pendait au bout du nez, le charme fut irrémédiablement rompu. Je n’allais quand même pas lui dire « dis, tu n’as pas envie d’un mouchoir pour enlever ton Mickey ?

Il faudrait au moins lors d’un premier rendez-vous, veiller à quelques petites choses élémentaires : Se laver par exemple.

L’usage des savons, déodorants et parfum léger est vivement recommandé. Si vous n’êtes pas un habitué des eaux de toilette, évitez l’abus du déo, déjà que ça vous mange la peau si vous en mettez de trop et puis ça pique aux yeux et ça prend au nez. Ne vous laissez surtout pas influencer par la publicité, tout ce que vous pouvez voir à la tv, n’est pas parole de vérité.

Rappelez vous aussi qu’une belle dentition ainsi qu’une haleine fraiche sont une invit’ au baiser. Inutile d’essayer de masquer l’haleine de cigarettes, en mastiquant du chewing gum ou des bonbons à la menthe. Une bouche édentée ou avec des chicots, moi personnellement ça m’a toujours débecqueté.

Même si dans notre petite pays, nous subissons un climat capricieux, il n’est point nécessaire de garder son poil d’hiver, ainsi il serait bien utile que ces messieurs se rasent les poils des narines et des oreilles, c’est souvent la jungle dans ces orifices.

Quant aux dames, je suis sure qu’une bonne épilation pour certaines, s’impose. Julia Roberts a beau prôné le naturel et garder les poils sous les aisselles, on l’avait tout de même rasée pour les besoins du film « Pretty woman ». Je suis convaincue aussi que les hommes n’apprécient pas la moustache de madame qui dépasse du string.

Les vêtements …
Adaptez vos vêtements selon la saison et les circonstances et surtout évitez d’en faire de trop ou pas assez. Pour les messieurs, si vous êtes vraiment à court d’inspiration, je vous conseille la chemise longues manches, noire ou blanche si vous êtes bronzé (attention de donner dans le look macho) et un chouette jean’s tendance.

Pour les dames, je pense à en lire et à en entendre les hommes : ils ont envie de féminité. A éviter tout de même l’immense décolleté qui dévoile plutôt qu’il ne suggère. A éviter aussi, la jupe qui remonte et qui laisse découvrir le bas auto portant. Il vaut mieux réserver les suggestifs de lingerie coquine quand on a alors envie de faire connaissance sur un mode à l’horizontal …

Au restaurant …
Si vous passez à table, pensez à utiliser vos couverts (ils sont là pour ça et non pour faire jolis sur la table). Evitez de vous mettre de la mayonnaise partout et de rebaptiser votre vis-à-vis en postillonnant ou en enlevant la viande de votre brochette, idem avec la sauce bolo de vos spaghettis.

Au cinéma …
Ne vous sentez pas obligé dès que les lumières s’éteignent, de sauter sur le siège d’à côté ou d’agripper la main ou le genou de votre voisine. A proscrire aussi le fait de tomber endormi pendant le film ou pire, ronfler pendant toute la séance.

Un peu de savoir vivre …
Nous n’irons pas vous demander de venir au rendez-vous un bouquet ou une fleur à la main mais tenir une porte ou une portière, n’a jamais tué ou blessé personne sauf justement celle qui se la prendra dans la figure ou sur les doigts.

Faites rimez beau plumage avec joli ramage …
Pratiquez l’écoute active, posez des questions judicieuses et faites l’impasse sur les remarques idiotes « je ne t’imaginais pas comme ça » ou « t’es une vraie blonde ? » Révisez également votre répertoire de blagues lourdes et tendancieuses, du style « tu te rases partout ? » ou « moi je sais les seins qui me conviennent, suffit de regarder la taille de mes mains ».

Pas de coller-serrer dès la première 1/2 heure sauf invitation claire et précise. Ce n’est pas parce qu’on est souriante, que ça veut dire qu’on a envie de se faire sauter dessus, ça s’appelle juste, être aimable ou faire bonne figure.

Puisque maintenant tout est dit ou presque, je vous souhaite d’ores et déjà à toutes et tous de merveilleux premiers rendez-vous :-)


5 commentaires

  • Bonjour,
    Suis tout à fait d’accord avec les remarques que vous avez formulé cependant malgré tout je remarque souvent que beaucoup de femmes sont attirées par le genre de gars au style voyou grande gueule ou financièrement assez aisé et que mon style honnête et pas vendeur ne fonctionne pas du tout, j’essaie de m’intérresser à l’autre et d’écouter sans me la pèter et me la raconter. Je reste moi-même mais j’avoue ne pas être suffisamment sorteur ou extraverti mais au moins je reste fidèle à mes convictions et pourtant je n’arrive jamais à intérresser les femmes qui m’attirent. Avez-vous des conseils à me donner? Merci

  • Il était attirant, charmant, intelligent … il avait de l’humour et les conversations avec lui m’avaient donné l’envie d’accepter sa proposition d’un dîner ensemble.
    Ce jour là j’aurais mieux fait de m’abstenir …
    Dès son arrivée, il m’a annoncé, tout fier (je précise qu’il avait 39 ans, c’est important pour la suite) : »j’ai demandé à maman si je pouvais sortir avec toi et elle était contente que je rencontre une femme telle que toi ».
    En moi-même j’ai pensé « Mon Dieu! il demande à sa maman, à son âge? au secours …  »
    Ne montrant rien de ma stupéfaction et de l’envie de m’enfuir qui me tenaillait, je suis restée digne et souriante (self control oblige) et nous avons commandé.
    Et c’est alors qu’à commencé un des plus longs repas de toute ma vie… il ne voyait apparemment pas notre rencontre comme je la concevais. Pour moi c’était simplement l’occasion de discuter avec quelqu’un de sympathique. Pour lui c’était … son avenir qu’il jouait…
    Après avoir parlé de ses projets de mariage, famille et du bonheur de sa mère, voilà-t-il pas qu’il me demande si je serais d’accord de choisir des chassis en pvc pour les fenêtres de notre future maison.
    Au même moment, je sens sa main se poser sur la mienne et je sursaute si fort que la fourchette que je tenais s’envole par dessus la table et tombe par terre (personne dans cette scène épique n’a été blessé).
    Le repas s’est terminé rapidement et je suis partie sans même un regard dans le rétroviseur pour cet homme qui m’imginait déjà à son bras à l’église.
    Peu après j’ai reçu un message de sa part … il me disait « pas mûre » …
    Je ne l’ai pas contredit :-)
    Moralité: au premier rendez-vous, évitez de parler de votre maman qui gère votre vie sentimentale, de parler mariage et maison, et d’envisager le nombre d’enfants à concevoir ensemble ;-)

  • Il était assis sur la banquette face à la mienne. Nous étions contre la fenêtre, nos genoux se touchaient presque. Et pourtant un univers gigantesque nous séparait, chacun dans sa bulle, chacun dans ses pensées, aucun regard, aucun signe que nous vivions sur le même monde au même moment.

    Le train se mit en marche peu après qu’il fut installé et mon regard glissa tout d’abord sur les courbes du paysage, avant de revenir à lui.

    Je ne risquais pas d’être prise en flagrant délit d’observation intempestive, il était concentré sur les bois et les champs qui défilaient à l’horizon.

    Je pris alors mon temps pour tout regarder.

    Il n’était pas mal du tout …

    grand, M and M’s (mince et musclé), les cheveux chatains foncés coupés avec style, la barbe fraîchement rasée, le regard sombre sous des sourcils juste assez fournis (un jour je vous parlerai du mono sourcil). Ses mains aux ongles bien coupés et propres (de ça aussi il faudra discuter), une peau que l’on aurait envie de toucher …

    Je savourais …

    Une veste de costume noire sur une chemise bleue ciel dont le dernier bouton était négligemment mais savamment ouvert, un jean bien coupé, des chaussures italiennes (comment savoir si ce sont des chaussures italiennes ? je n’en sais rien mais j’aurais mis ma main à couper qu’elles l’étaient), le Style à l’état pur.

    L’homme idéal, le gendre idéal, le petit ami idéal était là juste devant moi et je remerciais le destin de m’avoir offert ce cadeau pour agrémenter mon trajet.

    Je soupirai de bonheur et envisageai de l’imaginer sans sa veste, sans sa chemise …

    C’est alors que Mr Idéal bougea la main et la plongea dans sa poche.

    Je ne la quittais pas des yeux, que cherchait-il ?

    J’essayais d’imaginer un objet qui aille avec son style impeccable…

    … quand je le vis sortir un mouchoir géant en tissus.

    LA faute de goût !!

    Un mouchoir d’une couleur blanc-grisatre, témoin du nombre de lessives à 90°….

    Il déplia alors son trophée, qui avait des proportions totalement inconsidérées pour l’usage qu’il devait en faire, et se moucha.

    J’en suis restée bouche bée, les yeux écarquillés d’effroi.

    Pourquoi ??

    Pourquoi se mouchait-il avec ce gigantesque morceau de tissus ???

    Le charme était rompu, fin de l’homme idéal. Tout me parut terne chez lui à partir de ce moment là :-(

    Alors il faut que je vous le demande : avez-vous un mouchoir dans votre poche ?

    Comment est-il ?

    Vérifiez, je vous en prie…

    Même si votre maman vous donnait des mouchoirs en tissus bien grands, solides, lavables, racommodables … même s’il y a le monogramme d’un célèbre ancêtre brodé en lettres dorées …laissez tomber cette habitude., je vous en supplie … un seul mouchoir peut tout gâcher !

    Ambre, dépitée

Les commentaires sont fermés.