Le stress – Principal fléau de notre époque

Le stress – Principal fléau de notre époque

Dans cet article, je compte vous parler du stress en général, le stress au boulot comme le stress social ou celui de votre vie privée.

Au sommaire : un petit test pour évaluer votre niveau de stress – des trucs, astuces et techniques pour le combattre et en cadeau, une vidéo qu’un de mes proches est désireux de partager avec vous et qui, à mon sens, ne peut que vous relaxer.

En premier lieu, je vous invite à faire ce test qui vous donnera une idée de votre état de stress actuel.

Répondez aux 10 questions et obtenez votre score en additionnant vos réponses.

Si vous répondez JAMAIS = 1 point ; PARFOIS = 2 points ; SOUVENT = 3 points

1. J’ai des problèmes de sommeil
2. Je me sens tendu, irrité, nerveux
3. Le moindre bruit me fait sursauter
4. Je suis toujours sur mes gardes pour les dangers qui pourraient me menacer
5. Je me sens éloigné de mes collègues, je les évite
6. Mon job ne m’intéresse plus et j’ai l’impression de ne pas avoir d’avenir
7. Je me sens très fatigué, physiquement et mentalement
8. Je souffre de vertiges, de sueurs, boule dans la gorge, surtout quand quelque chose me fait penser à une expérience traumatisante
9. J’ai l’impression d’être fébrile, de réagir de manière non raisonnable et de prendre des risques
10. Je revis une expérience traumatique ancienne dans mes rêves ou mes cauchemars

Votre score :
De 0 à 15 points : niveau de stress normal
De 16 à 25 points : vous êtes stressé
De 26 à 30 points : vous êtes très stressé

Voici les premiers conseils pour dépatouiller un peu la problématique du stress.

1. Dressez une liste des « agents stresseurs ».

Les agents stresseurs liés à vos conditions de travail ou à vos relations.

Personnellement, je vous conseille d’acheter un petit cahier, sorte de carnet de bord ou de journal intime, que vous allez garder précieusement à portée de main et dans lequel au fur et à mesure que les événements se présentent, vous noterez tout ce qui a été pour vous une source de stress.

Exemple d’agents stresseurs : le bruit des avions, voiture, train, sonnerie du téléphone ou gsm, charges, sécurité d’emploi, conflits, le non respect de votre personne, …
2. Classez ensuite ceux-ci selon les critères suivants :

  • agents stresseurs n’ayant aucune influence sur moi (exemple : je n’entends plus le bruit des avions survolant ma maison)
  • agents stresseurs mais qui n’ont qu’une action de courte durée sur moi et qui disparaissent avec le temps (exemple : il m’arrive qu’un automobiliste m’énerve mais mon irritation n’est que passagère)
  • agents stresseurs pour lesquels je suis obligée d’entamer des actions concrètes pour lutter contre eux (exemple : le téléphone m’irrite tellement que fin de journée, je ne prends plus aucun appel à la maison)

3. Distinguez le degré d’urgence et d’importance

Exemple : qu’est-ce qui chez vous est source de stress important et que vous ne saurez plus supporter très longtemps ?

Classez les facteurs de stress selon l’urgence et l’importance, pour savoir quel stress est le plus dangereux pour vous et auquel il faut remédier dans l’immédiat. Ensuite terminez par les facteurs de stress qui ne sont pas si importants que ça mais qui méritent une prise en charge un peu plus tard.

Hiérarchisez vos agents stresseurs.
La gestion du stress peut se faire à différents niveaux.

1. Veillez d’abord à maintenir votre organisme en bonne condition, ça augmentera votre résistance au stress. Pratiquez un peu de sport ou quelques exercices et surtout mangez sainement (évitez les excès de graisses et d’alcool; ca semble si logique et pourtant !). Offrez-vous des moments de détente ou de relaxation. Fractionnez vos repas, mangez à heures régulières en mastiquant bien (ça aidera votre digestion).

2. Ensuite, il faut s’attaquer au fond du problème et se poser les vraies questions :

  • Quel sens est-ce que je veux donner à ma vie, mon avenir sentimental, mon boulot,  quels sont mes buts, mes priorités ?
  • Quels sont mes « agents stresseurs » ? (en principe, vous en aurez dressé la liste, voir paragraphe précédent)
  • Quelles sont mes croyances ? (exemple : les hommes ne pensent qu’au sexe ou les femmes sont vénales ou elles cherchent toutes un type beau, jeune et riche)
  • Dans quelle mesure puis-je lutter moi même contre le stress ?
  • Comment puis-je transformer ce stress en quelque chose de positif pour par exemple me booster ou oser aller vers les autres, mieux gérer les conflits, accroitre ma créativité, mon imagination, ma motivation ?

Selon nos réponses, nous pourrons apprendre à détecter les facteurs ou agents stresseurs et ainsi mettre en place des plans d’action ou stratégie afin de ne pas se laisser dépasser par le stress, sortir d’un état émotionnel pour garder le contrôle de nos actes.

Comment cultiver son jardin relationnel ? ou comment maintenir des relations sans stress avec notre entourage ?

Votre stress agit sur votre entourage. Une relation avec autrui sera toujours plus facile si vous abordez l’autre avec respect, calme et bonne humeur.

1. Acceptons d’être aidé.

Informons les gens de nos besoins (souvent nous sommes déçus des réactions de notre partenaire ou plutôt de son manque de réactions. Mais comment voulez-vous que parfois il ou elle devine vos attentes si vous n’avez pas su lui expliquer clairement vos besoins ? par télépathie ?)

Remercions aussi ceux qui sont à notre écoute et qui nous consacrent du temps.

Acceptons que l’aide ou les conseils qu’on nous prodiguera ne seront pas toujours ceux auxquels on s’attendait !

Entourons nous de personnes de confiance et si nécessaire, n’hésitons pas à demander une aide extérieure auprès d’un spécialiste.

2. Apprenons à être nous même et à nous respecter. Assumons nos choix de vie, ne renions pas notre passé, vivons les petits bonheurs du présent et gardons à l’esprit quelques projets (réalisables) à court et moyen terme.

Entourons-nous de personnes positives.

3. N’oublions pas d’entretenir nos amitiés afin de s’octroyer du renforcement réciproque et pouvoir parler librement de nos frustrations même les plus anodines. Ne pas perdre de vue que nous ne pourrons pas plaire à tout le monde, même avec la meilleure volonté ! Restons fidèle à nous-même et demeurons attentif à nos sentiments, besoins et envies et surtout prenons garde aux signes d’inflexibilité, aux attitudes négatives et au cynisme (qui n’a rien à voir avec l’auto dérision mais jette un grand froid dans nos rapports avec les autres).

4. Evitons les situations embarrassantes ou plus communément dit « se jeter dans la gueule du loup ». Par exemple : ne vous sentez pas forcé de rencontrer quelqu’un même si vous avez fait la promesse de le voir un jour. N’hésitez pas à décommander un rendez-vous si vous sentez que celui-ci pourrait être désagréable et que vous risquez de perdre votre sang froid. Ecourtez une communication téléphonique ennuyeuse et dites que la personne vous rappelle quand elle sera de meilleure composition. Et n’ayez pas peur de clarifier une situation ambiguë, autant s’attaquer directement au fond du problème.

5. Apprenons à dire non et n’ayons pas peur de réfuter critiques et objections (même si on sait que l’autre ne changera pas, ce qui importe, c’est d’avoir pu donner son avis). Pourquoi dire oui amen à tout et finalement aller ruminer seul dans notre coin ? Osons exprimer nos pensées, notre ressenti, nos émotions. En osant exprimer ce que nous ressentons, nous nous respectons et nous respectons l’autre.

Et surtout lorsque vous exprimez votre ressenti, n’impliquez que vous, ne parlez pas au nom des autres. Exemple : « toute ma famille te trouve bien renfermé, tu devrais faire un effort avec eux ! » Reformulez en disant : « je n’aime pas que tu ne dises pas un mot quand nous sommes invités dans ma famille, j’ai l’impression qu’ils te gênent. Que penses-tu d’eux quand nous leur rendons visite ? »

Les techniques pour évacuer le stress

Le stress ne se vainc pas du jour au lendemain. La vie nous oblige à nous adapter en permanence à des événements imprévus et il est donc important de trouver les meilleurs moyens pour lutter contre le stress ou pour le fuir.

Je n’aborderai pas les techniques médicamenteuses car il n’existe pas de médicament à proprement parler contre le stress mais uniquement des médicaments pour combattre les symptômes liés au stress, comme l’anxiété et la dépression. Dans certains cas, il est parfois intéressant de s’en remettre à un psy avec qui on pourra partager ce que l’on ressent dans sa tête mais aussi dans son corps.

Il existe des techniques qui permettent d’évacuer le stress, comme par exemple :

  • la relaxation.
  • le massage : solution pour combattre le stress. Ensemble de techniques utilisant les mains (pétrissage, pressions, vibrations, …) et s’exerçant sur différentes zones du corps (voir détails de quelques massages un peu plus bas dans le texte)
  • le yoga.

Ces techniques associent le corps et l’esprit.

Les cures d’eau thermale ou d’eau de mer peuvent être efficaces pour s’offrir une parenthèse déstressante (thermalisme, thalassothérapie).

Tour d’horizon de quelques méthodes de relaxation :

  • La sophrologie : discipline qui aide à résoudre certains désordres (psychiatriques, physiologiques ou existentiels). La sophrologie permet de développer une personnalité plus harmonieuse par la conscience de soi et le renfort des structures positives. Grâce à la parole, la musique et la détente, le patient (dans un état mi veille mi sommeil) apprend à simuler les capacités pour se détendre, se concentrer et contrôler son stress et ses émotions.
  • La bioénergie : technique qui utilise le pouvoir curatif par les mains. Ca permet de détecter les blocages d’énergie et d’y remédier. La séance consiste à évacuer le stress et les tensions afin que l’énergie qui est en nous puisse à nouveau circuler d’une manière saine et équilibrée.
  • La réflexologie : c’est sur les parties extrêmes de notre corps que se pratique cette médecine douce (les mains et surtout les pieds). Il s’agit d’une thérapie manuelle qui se pratique sur des zones réflexes (situées sur notre voûte plantaire). La séance permet d’agir sur notre système nerveux et apporte une grande détente physique et mentale qui peut agir dans les cas de migraines, troubles du sommeil, problèmes circulatoires, sanguins ou articulaires. Musique douce et huiles essentielles contribuent à créer la détente. Il existe d’autres thérapies réflexes : l’auriculothérapie, le drainage lymphatique, la réflexologie dentaire, la réflexologie faciale, …
  • Les massages : le massage californien se pratique sur le dos, le ventre et la nuque. Les mains se font tendres et caressantes pour nous procurer du bien-être. Le massage thailandais se pratique par-dessus des vêtements légers, donc sans huile. Le shiatsu : technique qui consiste en une pression des doigts sur des points d’acupuncture et qui agit sur la musculature profonde. Le massage aux pierres chaudes : il draine, relaxe et relâche les muscles.

Pensée zen : « parce que le bonheur n’est pas le bout du chemin, mais le chemin lui-même, il faut apprendre la simplicité, la confiance, le calme, faire preuve d’imagination et savourer les petits plaisirs du quotidien pour mener une vie sereine et épanouie … » Flavia Mazelin Salvi


1 Commentaire

  • Excellent article N. Il aurait été bon sur Nice, de parler du stress dans le couple où l’un exerce une pression telle sur l’autre qu’il s’approprie la vie même de celui ou celle prétendu(e) aimé(e). Cette pression génère un stress difficile à résoudre seul(e) ou par les techniques que tu cites.
    Maintenant, il est utile d’encourager tous les couples à pratiquer entre eux, sans modération, tout style de massages relaxant et aimant.Je sais d’expérience que c’est une formule magique pour prendre conscience de son corps.

Les commentaires sont fermés.