Le rendez-vous presque parfait

Le rendez-vous presque parfait

Le rendez-vous presque parfait car c’est bien connu : la perfection n’est pas de ce monde …

J’avais rédigé il y a quelques temps, le rendez-vous pas parfait et j’avais abreuvé mes connaissances avec le récit de mes mésaventures.

Il sommeille chez certains hommes, une âme de sauveur et dès lors quelques messieurs furent sensibles à mon infortune et me proposèrent un rendez-vous afin de me faire changer d’avis et surtout me remettre de mes défauts d’antennes qui me firent connaître les affres et désastres du rendez-vous pas parfait.

J’ai donc retenu les propositions (décentes) d’un preux chevalier.

Preux chevalier : il était grand, il était beau, il sentait bon le sable chaud (celui de la plaine de jeux). Était-il riche ? Je n’en sais rien, je ne m’en suis pas inquiétée.

Nous nous fixâmes rendez-vous à la plaine de jeux car lui et moi avions les enfants.

Autant les plaines de jeux raviront les 0 à 12 ans, autant elles seront signes de désillusions pour les plus grands …

Je m’explique : lâchez 4 enfants dans la plaine et bien vous n’avez plus qu’une chose à faire, c’est jouer à « cours après moi que je t’attrape »; en bref, preux chevalier, je ne l’ai pas beaucoup vu.

De mon côté, pas de banc libre à l’horizon, je suis restée là, assise sur le bord du bac à sable, à brûler sous les rayons du soleil.

Mon fils m’a fait découvrir les bienfaits du sable sur ma peau, le vent s’est chargé de m’emmêler les cheveux (30 euros de brushing à oublier) et la chaleur a fait le reste.

2 heures plus tard, la blonde n’avait plus fière allure et preux chevalier est reparti sur son cheval blanc (traduire cheval par break Renault blanc) avec ses 2 enfants.

Leçon à en retirer : plus jamais emmener les enfants à une première rencontre.