Le bêtisier de la blonde

Le bêtisier de la blonde

Il y a des jours où je n’en rate pas une. On a beau dire que le ridicule ne tue pas, malgré tout mon ego en a pris à chaque fois un sacré coup !

Au rayon des boulettes virtuelles :

Quand je décide de jouer aux devinettes avec mes correspondants …

- « Qu’est-ce que le bastognard ? »
Ma réponse : c’est celui qui aime la baston, la castagne :-)
Mauvaise réponse : c’est l’habitant de Bastogne :-(

- « Si on te dit freezer dans une adresse msn, devine ma profession … »
Ma réponse : freezer, vient de friseur, donc tu es coiffeur :-)
Mauvaise réponse : freezer, congélateur, je suis frigoriste :-(

Sur msn, j’ai battu aussi des records …

Moi : tu fais quoi comme profession ?
Lui : je suis hardeur
Moi : euh pardon ?
Lui : bin oui acteur de film porno
Moi : ah oui je comprends mieux maintenant ton pseudo … Rocco

Dans la vie de tous les jours, ce n’est pas mal non plus …

Je suis la championne des plâtres, entorses et foulures. D’ailleurs, je suis connue comme Barabbas à la passion par les infirmières du service radiologie-traumatologie qui ont droit à ma(mes) visite(s) annuelle(s).

Mon talon d’Achille, c’est le shopping. Je suis une serial shoppeuse. Et en toute bonne shoppeuse qui se respecte, je suis allée faire les soldes à Milan. Original mais épuisant (10 heures de lèche vitrine, ça vous ruine le portefeuille mais aussi la santé). Pimpon pimpon, fracture du talon.

De retour, sur le sol belge, je téléphone à la Croix Jaune et Blanche pour obtenir un prêt de béquilles. La dame, très affectée au téléphone me dit qu’aujourd’hui ce ne sera pas possible car on enterre son père. Néanmoins, elle perçoit ma détresse et me dit : « ok après la crémation, vous pouvez m’envoyer une personne pour retirer vos béquilles » et moi si heureuse, je lui réponds « oh merci madame, je vous souhaite une excellente journée » Oups !!! Déformation professionnelle.

Depuis, pareille mésaventure ne risque plus de m’arriver, je ne recours plus au prêt de béquilles, j’ai investi dans l’achat d’une paire !

Par contre, pour le shopping, je n’ai toujours pas renoncé.

En vacances aussi …

Lors d’un séjour à Ibiza, une amie m’avait prêté sa superbe robe noire, ultra moulante et ultra courte. Je me sentais toute au beauté pour me rendre dans une des discothèques branchées …

Pour le confort et pour éviter les marques de strangulation de mes hanches par les ficelles du string, je portais la culotte sloogy, super look, super grande et super moche mais invisible (quoique, lisez la suite …).

Je me déchainais sur la piste de danse, quand je sentis un léger courant d’air, je regarde et constate avec effroi qu’on a remonté ce qui devait être à l’origine une robe et qui n’était plus qu’une large ceinture.

Je me retourne et découvre derrière moi, 5 lascars complètement hilares. J’ai giflé le plus petit. Erreur, il a pointé du doigt le responsable, un viking. Je me suis vite éclipsée de la piste de danse (en prenant soin de retirer ma robe vers le bas).

Au bureau …

Au bureau, nous avons l’habitude d’aller manger tout le troupeau de collègues en même temps. Et oui, il règne une bonne ambiance.

Tous m’attendent à la pointeuse quand je lance à la cantonade « attendez-moi, je vais me laver les mains avant de passer à table ».

J’ai essayé de me laver les mains mais dans l’empressement, j’ai ouvert au maximum le robinet et le jet d’eau est venu noyer tout l’avant de ma jupe.

Je suis ressortie des toilettes, tête baissée et mes collègues de me charrier « dis donc toi, tu es sûre que tu n’as fait que te laver les mains ? ».

Au jardin …

L’été dernier, grand branle-bas de combat au jardin. J’avais décidé de désherber du côté de l’abri de jardin. En fait, je suis plutôt allée jouer l’effeuilleuse du côté de l’abri de jardin … Je n’ai jamais été aussi vite pour me déshabiller car j’avais mis les pieds dans une fourmilière !

Dans la neige …

Il y a ceux qui adorent jouer dans la neige et puis il y a les autres, qui sont contraints de dégager leur allée de garage à grand renfort de pelletées et qui perdront les clés de la voiture dans le tas de neige d’un mètre qu’ils viennent de déblayer ! (les autres, c’est moi, évidemment).

Lors du premier rendez-vous …

J’étais installée en bonne compagnie à une jolie terrasse, au bord d’un lac.
Le monsieur à mes côtés (très bon chic, bon genre) était entrain de me dire le plus sérieusement du monde, que « tout ce qui ne tue pas, rend plus fort ». Et c’est ce moment que choisit une guêpe pour rentrer dans la jambe de son pantalon et venir lui piquer le mollet ! Je n’ai rien trouvé d’autre à dire que : « ouhla, il va falloir que je te suce le dard … »

Dur parfois d’assumer d’être mèchée blonde !


3 commentaires

  • Choisir « les grandes blondes » comme proie à nos déboires ne risque pas de cesser. Mais ce genre de cocasserie appartient à chacun, et personne n’est maître de tout souci extérieur.
    J’aurais voulu te filmer en train de sucer le dard. Heureusement que la guèpe s’est arrêtée au mollet ! Tu as échappé au pire.
    Dorénavant, quand je serai en manque de spectacle, je te suivrai.
    Amicalement
    Jacques

  • Je ne suis pas mal dans mon genre non plus, suis du style « kinder’ surprise….ah vous ne savez pas ce que c’est??
    -brune à l ‘extérieur et blonde à l’intérieur….lol

Les commentaires sont fermés.