Ca m’énerrrrrrve …

Ca m’énerrrrrrve …

En couple, il y a plein de choses qui peuvent nous énerver, nous agacer, nous faire sortir de nos gonds  …

Par exemple, au début d’une relation sentimentale, ce qui a le don de m’énerver, c’est de devoir attendre patiemment une réponse à un mail ou un sms.

Lors de ma dernière relation sentimentale, mon petit ami prenait environ 3 heures pour répondre à un de mes sms et il lui fallait 2 à 4 jours pour m’adresser une réponse à un mail. Nous étions toujours en total décalage au niveau de notre communication écrite et bien que gentiment je lui ai fait la remarque, il ne s’est guère amélioré avec le temps. Je ne devais pas être la seule que ça devait royalement enquiquiner car selon ses propres dires, son ex lui avait maintes fois aussi fait la remarque. Autant vous dire qu’il n’y a rien d’amusant à se prendre un mur de silence et qu’à la fin, je ne lui ai plus rien envoyé comme sms et mails (ce qui n’a pas arrangé la communication dans notre couple, vu qu’il n’habitait pas la porte à côté et que nous ne nous voyions qu’épisodiquement).

Prenons à présent l’exemple de mes parents. J’ai entendu ma mère geindre pendant des années « pfff ton père et ses matchs de foot à la tv ». C’est ce qui m’a probablement donné une allergie au football, non pas le match mais le fait de savoir que les soirs de match, ça allait être la guerre à la maison. Les matchs de football de mon père (souvent le mercredi soir) m’ont bien arrangée à l’adolescence. Mes copains venaient en moto me voir devant le domicile de chez mes parents (mes parents avaient décrété qu’ils préféraient avoir leur fille sous les yeux et voulaient savoir qui je fréquentais). Les soirs de foot, j’avais l’autorisation de m’éloigner du domicile parental car les vrombissements des engins de la mort faisaient des parasites sur l’écran de tv de mon père et donc pour pouvoir en toute tranquillité voir son match, j’avais l’autorisation de déguerpir.

Aujourd’hui, avec les décodeurs/enregistreurs, nous pouvons regarder en différé nos émissions préférées … Donc paix dans les foyers … C’était sans compter sur la venue d’internet et des jeux en ligne ! Ma collègue a dû décréter un règlement d’ordre intérieur. Son homme aura le droit à 2 soirées par semaine pour jouer en ligne avec ses potes. Avant il sortait pour jouer au poker donc elle a négocié la suppression de la soirée poker contre 2 soirées « WOW » (World of Warcraft). Ca s’appelle faire des concessions … (oui si on veut)

De mon côté, la vie de couple n’a jamais été un fleuve tranquille mais a le plus souvent ressemblé à un jeu de télé-réalité, style Koh-Lanta (je ne sais pas ce qui est le mieux entre : survivre en milieu hostile ou survivre à la concurrence si ma vie de couple avait ressemblé à l’île de la tentation !)

Première épreuve : la cuisine. Les hommes semblent développer une allergie à la vaisselle, ça c’est bien connu ou alors ils tentent le « tu laves et moi j’essuie ». Pour ne plus essuyer, ils ont trouvé le truc « oh chérie, désolé d’avoir cassé le verre mais je ne sens pas ma force quand j’essuie ». Quant à la poubelle, à mon avis, chez leur maman, la poubelle était auto nettoyante. Le nombre de fois où j’ai ouvert la porte de l’armoire renfermant la poubelle et que le contenu de celle-ci m’a bondi au visage ou sur les mains !

Deuxième épreuve : les wc. Je vous passe l’épisode de la planche … archi connu pfff n’en parlons même plus. Je vais donc m’attarder au rouleau de papier wc. Pensez-vous qu’un homme soit capable de le remplacer quand il est vide ! ça relève de la mission impossible.

Troisième épreuve : les chaussures abandonnées, de-ci de-là et surtout aux endroits les plus imprévisibles. Celles-là mêmes sur lesquelles au soir je trébucherai quand j’irai aux toilettes la nuit sans allumer la lampe pour ne pas réveiller la maisonnée.

Quatrième épreuve : la salle de bain. Les poils dans l’évier, c’est dégueu; sans parler du dentifrice, bien collant qui forme un magma douteux … oui chéri je l’ai bien vu et bien senti que tu t’es rasé et que tu t’es brossé les dents, pas besoin de laisser des indices.

Cinquième épreuve : les chaussettes qui se languissent à terre, de l’autre côté du lit. Non il faut que vous le sachiez, messieurs, les chaussettes n’ont pas des jambes et elles ne courent pas toutes seules dans le panier à linge. Ce qui m’oblige à parler lessive. Heureusement qu’on a inventé la machine à lessiver. Ca nous évite déjà une fameuse corvée sauf celle de devoir fouiller vos poches avant la lessive. Mais non ce n’est pas pour chercher des preuves d’une pseudo infidélité, c’est juste pour enlever la monnaie et les mouchoirs en papier sinon ma lessive sera saupoudrée de mini confettis blancs. Ce n’est pas carnaval toute l’année à la maison, qu’on se le dise.

Bref, il finit par vous énerver par son manque de petites attentions, sa négligence, ses absences, son manque d’écoute.
« Chériiiiii, viens par ici, ce soir, il faut qu’on parle ».

Et l’homme, perdu dans ses pensées, tout innocemment prend place dans le canapé pour nous écouter. Il attend probablement qu’on lui dise « tiens chéri, je t’ai fait une surprise, regarde, sous cette tenue se cachent des nouveaux sous-vêtements ». Et non, pas de chance, si on t’a fait asseoir, c’est pour te dire tes 4 vérités, la coupe est pleine !

Et c’est ainsi que naissent les plus grandes disputes pour des choses peu significatives qui cependant peuvent dégénérer et faire très mal.

Disputons-nous mais apprenons à le faire correctement.
Les femmes, dans l’énervement, auront tendance à en dire trop et les hommes à en faire trop !
Ce qui veut dire qu’en état de stress, plus personne n’est objectif et nous nous laissons dépasser par les émotions.

Si tout devient source de conflit ouvert et ce pour un oui ou pour un non, ça devient du pugilat, des phrases assassines et au final, la rupture est inévitable et on finit par se persuader que vraiment, on n’a rien à faire ensemble.
Dès lors, si on ne veut pas faire sonner le glas de notre relation, il va falloir apprendre à (mieux) communiquer. Avec une petite nuance, la communication a ses limites et elle ne doit pas servir à désigner celui qui a raison et celui qui a tort !

Former un couple, c’est reconnaitre que l’autre est différent de nous, qu’il a un autre mode de fonctionnement que nous, une façon propre de penser. C’est aussi être conscient des besoins de l’autre et faire en sorte de pouvoir contribuer à l’assouvissement d’une partie de ceux-ci.

C’est reconnaitre qu’on ne pourra pas changer l’autre mais qu’on pourra s’épanouir à ses côtés car on pourra énoncer clairement nos envies, nos besoins et lui de même. C’est aussi avoir à l’esprit qu’il est important de souligner les qualités de l’autre, le remercier car si on a choisi de vivre avec cette personne, c’est qu’elle avait des qualités qui nous ont séduit. Voyons ce partenaire de vie comme quelqu’un avec ses défauts et ses qualités et essayons de jongler avec le tout.

Si vous avez cependant des choses très importantes et essentielles à communiquer, je vous conseille de prendre rendez-vous avec l’autre.

Le moment où l’homme est le plus détendu, c’est après avoir fait l’amour. Par contre, il risque de s’endormir en vous écoutant !

Le plus mauvais moment pour entamer une discussion, c’est quand il revient du boulot, il a d’abord besoin de se déconnecter. Donc laissez-le respirer un petit quart d’heure.

Je pense que quand on garde à l’esprit ce que je viens d’énoncer précédemment, ça va désamorcer bon nombre de disputes inutiles.

Retenez que vous pouvez montrer votre mécontentement mais vous ne pouvez pas accuser l’autre de tous les maux du monde, c’est irréaliste.

Ne méprisez pas l’autre en lui imposant vos silences ou en l’obligeant à se taire. Et surtout apprenez à contrôler votre calme et baissez le ton de la voix.

Ce n’est pas la façon dont on fait l’amour qui détermine le bonheur du couple mais la façon dont on fait la guerre !
Ce n’est pas non plus le nombre de disputes qui déterminera la santé de votre couple. Je connais des couples qui se sont chamaillés des années et qui n’ont jamais divorcé et qui seraient incapables de vivre l’un sans l’autre.

« Il est plus facile d’aimer les gens que de vivre avec eux » – Barbet Schroeder


5 commentaires

  • J’apprécie beaucoup votre analyse ! Comme le dit Jacques ci-dessus, vous êtes pleine de sagesse, et, j’ajoute, pleine de bon sens et très intelligente !

    En ce qui me concerne, je supporte les reproches (souvent justifiés, j’en conviens ! :o) ) assez longtemps sans rien dire, si ma compagne ne va pas trop loin et si cela ne dure pas des heures, mais arrivé à un moment, j’explose (en paroles !!! Naturellement !!!) mais 5 minutes plus tard, tout est retombé et c’est moi le plus embêté, sachant que j’avais tort et que les reproches étaient justifiés. Donc, si ma compagne sait s’y prendre, elle obtiendra ce qu’elle veut puisque je vais essayer de réparer et de faire attention à ce qu’elle me reproche (je ne suis pas un saint et n’ai pas que des qualités ! …D’où le mot « essayer » ! :o) Mais, serait-ce intéressant de n’avoir que des qualités ? :o) )
    Chacun des deux partenaires doit faire des concessions, et quand je vois certains hommes ne pas faire attention du tout à ce que voudrait leur Femme, je trouve ça… Lourd ! Surtout quand il s’agit d’un jeu, même en ligne !!!

    Je ne dis pas de supprimer les jeux, mais quant à les faire passer avant tout… Ces hommes (ou femmes d’ailleurs !) ne voient pas où se trouve « l’important » ! Le couple passe avant ! …Du moins il devrait !

    Mais vous avez raison, l’accumulation de certaines petites choses qui énervent, fait quelquefois déborder le vase ! :o)
    Mais je pense que l’amour de l’un envers l’autre doit faire passer la petite « engueulade » (pardon pour ce mot !) et permettre d « essayer » de corriger certains petits défauts agaçants ! …Si on fait attention à l’autre !

    Encore bravo pour votre analyse !

  • Bonsoir Yves et merci pour votre commentaire.

    J’ai une petite suggestion à vous faire : pourquoi quand votre compagne vous adresse un reproche ou une remarque, vous ne répliquez pas ? juste en disant brièvement (pas besoin de long discours) :
    « oui » je te comprends (ne dites surtout pas « oui je te comprends et je vais essayer d’y penser pour une prochaine fois » car ça risque de ne pas être bien interprété)
    ou « non » tes reproches ne me semblent pas justifiés car « je » pense que …
    Ceci éviterait que quand la coupe est pleine ou que votre carnet de timbres est bien rempli, boum vous n’éclatiez.
    Et comme vous éclatez dans la démesure (accumulation) pour un événement banal, c’est disproportionné et vous êtes donc obligé de vous excuser.

    Pour les jeux en ligne, l’ordi et le reste des activités purement personnelles, il est bon d’avoir chacun son petit jardin « secret » mais il faut trouver le bon compromis avec son ou sa partenaire. S’aimer, ce n’est pas être fusionnel pour tout (c’est mon avis personnel).

    Pour les défauts et qualités, le plus important est évidemment de bien en être conscient soi-même et simplement de travailler à l’amélioration de ses propres défauts. Il est utopique de penser que quelqu’un va totalement changer pour « nous faire plaisir ». Si on doit changer quelque chose, c’est d’abord pour mieux se plaire à soi même et s’apprécier. Et je trouve « malsain » aussi de vouloir que ce partenaire de vie qu’on a choisi, change … Et même si le ou la pauvre changeait (bon gré mal gré), je ne suis pas sûre que ça aiderait à rendre plus rose le quotidien.

    Je remarque qu’une bonne discussion est parfois nécessaire, pour poser ses limites, les exprimer mais tout est dans l’art de dire les mauvaises choses. Un petit conseil pour faire passer la pilule : quand on a à émettre une critique négative, toujours après terminer sur une note positive et dire par exemple « je n’apprécie pas quand tu m’as fait telle remarque dans telle situation, ça me rend triste ou anxieux ou nerveux … » et ajouter : « je me rends compte que tu le fais pour que je ne fasse pas d’erreur ou parce que tu es attentive à mes faits et mes gestes ou je sais que tu m’aimes et que tu ne le dis pas pour me blesser ». Ca désamorcera en principe le conflit et ça calmera la tension au sein du couple.
    Je sais : les conseilleurs ne sont pas les payeurs ;-)

    Au plaisir de vous lire.

  • Et pourquoi ne pas …
    Qui possède cette maîtrise parfaite de soi sans exploser ?
    C’est à mon sens un métier, et ceux qui font de la politique de terrain sont très bien drilés pour réagir positivement.
    Ma suggestion, faite de votre légende d’amour une histoire politique afin de ne perdre aucune voix.
    Je mégare à peine, car dans le cas qui nous occupe, il n’y a qu’une voix. Une mauvaise campagne, le moindre laisser-aller, et il ne vous reste plus qu’à vivre la suite dans l’opposition. Ma métaphore est assez réaliste. Il suffit de voir combien de couples tiennent encore. Sourions! C’est la plus belle de nos grimaces.

  • bonjour,

    aaaah j ‘ai bien rigolé mais c ‘est une analyse plaien de bon sens et meme si je vis seul, je vais faire plus attention surtout a mes chaussettes, lolll. Mais je voulais vous dire aussi que nous vous aimons tellement et que oui pas au bon moment pas comme le souhaiteriez. Mais nous avons tellement a apprendre a votre contact et a faire des progres la femme est ce qu il ya d eplus précieux dans la vie de l homme.

Les commentaires sont fermés.