Frustration et Animo(AUX)sités

Frustration et Animo(AUX)sités

Frustration : non satisfaction d’un désir qui peut entraîner jusqu’à l’agressivité; ce qui fait ressortir le côté animal de l’humain, mammifère dit « évolué ». Le sentiment de frustration peut mener à des comportements excessifs au point que nous sommes en droit de nous demander quelle en est la cause ! En arriver à ce point, démontre l’extrême urgence de la satisfaction de ce(s) désirs(s) !

Quelle définition ! Et qui permet d’expliquer cependant certaines choses …

A en croire ce qui précède, les frustrés (que nous croisons dans le monde virtuel) sont venus assouvir sur internet, la satisfaction d’un ou plusieurs désirs qu’ils n’ont pu obtenir ailleurs. L’accès rapide et facile à internet ainsi que la bonne planque derrière l’écran sont les meilleurs arguments pour que les frustrés exercent sur le net leur talent d’empêcheur de tourner en rond.

Le problème est que, plus le manque se fait sentir, plus ça leur gratte et pique, plus leur agressivité s’exprime et le tout (r)éveille le côté bestial de l’animal !

Et voilà pourquoi nos chemins virtuels croiseront parfois :

- Un lion (je ne parle pas du signe zodiacal) : dans la vie de tous les jours, la bête passe inaperçue parmi le commun des mortels donc il a décidé de se faire remarquer ou entendre, ce qui ne nous fera pas toujours r(o)ugir de plaisir.

- Le chat sauvage : célibataire refoulé et isolé dans le monde actuel, il éprouve des difficultés à trouver ses marques, marquer son territoire et lier connaissance. Sous le couvert de l’anonymat, il décide de venir faire ses griffes sur le net, ce qui ne nous fera pas ronronner mais aura l’art de nous hérisser le poil.

- Le rat : aux champs ou dans les villes, il est toujours répugnant. Il se cache dans les recoins sombres et pollués. Comme au quotidien, notre éducation et notre expérience nous informent des endroits malfamés, nous savons où il ne fait pas bon mettre les pieds; sur le net, c’est du tout venant, sans garde-fou, dès lors n’oubliez pas de garder à portée de votre souris, un peu de répulsif ou de mort aux rats.

- L‘ours : fatigué, le poil lustré, traînant la patte et plutôt casanier, tapi au fond de sa caverne, il n’a plus trop envie de (se) bouger. Au réel, il ne pourra plus conquérir de chair fraîche  il en est conscient. Il se crée donc une nouvelle image, un nouveau profil où tout n’est que faux semblant.

- Le requin : au réel comme au virtuel, le requin est comme le vieux renard, il est rusé et là où il passe, bonjour les dégâts. Aucune proie, entre ses puissantes mâchoires, n’en sortira vivante (ou alors elle sera très déplumée/désossée). Dès qu’il y a apport de sang frais, il en fait son quatre heures car il a un long passé de mal aimé à porter et donc ses victimes doivent payer pour tous les maux qu’il a enduré.

Serions-nous donc entourés de bêtes féroces et cruelles ? Bienvenue alors dans la suprématie du monde animal !

Alors dites-moi, vous qui me lisez, quel animal est votre seconde nature ?